29/09/2006

JOURNÉES MONDIALES EXPULSIONS ZÉRO

POUR LE DROIT AU LOGEMENT, AIMANT DE LA  DIGNITÉ ET DE LA SÉCURITÉ
A partir du 2 octobre 2006


 

Chers amis,

Je m’adresse prioritairement à vous car vous êtes particulièrement sensibles et engagés dans la défense du droit au logement sans frontières, vous représentez une réelle et importante référence, ayant la capacité de rassembler et relancer l’appel pour l’organisation des Journées Mondiales Expulsions Zéro 2006 sur votre territoire.

L’année passée, le Système d’Alerte Solidaire de l’Alliance Internationale des Habitants a reçu quotidiennement des informations et des dénonciations d’expulsions, de démolitions, de menaces auprès de personnes expulsées, venant de tous les continents, des pays riches comme des pays pauvres. Nous sommes en présence d’une situation très grave, qui affecte 15% de la population mondiale, menacée d’expulsion à cause des investissements étrangers dans les pays endettés, des privatisations du secteur du logement et de la libéralisation du marché immobilier, des nettoyages ethniques, des occupations et des guerres, des spéculations humaines sur les catastrophes naturelles. Et alors que l’Objectif n°11 des MDG des Nations Unies établit que les conditions d’habitation de 100 millions de personnes devront être améliorées d’ici 2020, il est réaliste de prévoir que, à l’inverse, le nombre de mal logés augmentera de 700 millions. 

Compte tenu du poids de la globalisation néolibérale sur les villes et de la faiblesse du système des Nations Unies, même cet objectif minimal risque d’être velléitaire, comme cela a été mis en évidence lors du récent Forum Urbain Mondial de Vancouver.

C’est pourquoi, aux côtés de centaines d’associations et de mouvements sociaux urbains, nous réagissons avec la force de la solidarité: à Nairobi, en France, au Zimbabwe, en République Dominicaine, en Italie, au Pérou, au Brésil, au Royaume Uni, en Inde, en Argentine, aux États-Unis, en Egypte, au Bangladesh, en Palestine, en Colombie, au Mali, au Mexique, en Uruguay, dans la Fédération Russe, en Hongrie, en Chine, en Espagne, au Sénégal, en Belgique, en Croatie et dans beaucoup d’autres pays. Ces mouvements soutiennent le droit des habitants, les vrais bâtisseurs des villes et des villages d’aujourd’hui et de demain, de vivre en paix, en sécurité et dans la dignité, à un coût supportable, là où ils l’ont choisi. 

C’est la plateforme de la Campagne Expulsions Zéro, lancée par l’Alliance Internationale des Habitants et désormais devenue dans le monde entier une référence et un outil d’échange et d’union pour les mouvements sociaux urbains : ce sont des séminaires, des rencontres, des campagnes, issus des associations de base et impliquant aussi les institutions locales et les Nations Unies, et qui obtiennent des résultats significatifs.

Cette base est solide, mais elle ne suffit pas!  

Les Journées Mondiales Expulsions Zéro 2005 ont mobilisé environ 350 organisations, plus de 100.000 personnes dans 21 pays.

Cette année, il s’agit d’accroître de manière exponentielle un mouvement global solidaire qui puisse affronter efficacement les causes structurelles des expulsions et des violations du droit au logement et à la ville, aux niveaux local, national, régional et global.  

Nous proposons donc à toutes les associations d’habitants, de locataires, de sans-abri, coopératives, comités, centres sociaux et mouvements sociaux urbains du monde entier, d’organiser les Journées Mondiales Expulsions Zéro et pour le droit au logement, aimant de la dignité et de la sécurité pendant tout le mois d’octobre. 

Il s’agit d’un Appel lancé lors du Forum Social Mondial de Caracas, du Forum Social Européen d’Athènes, du Forum Social Russe , du Forum Social des Caraïbes, de la Commission Vérité des Etats-Unis, lors du Forum Urbain Mondial et par de nombreuses organisations et mouvements dans plusieurs continents. Nous soulignons en particulier la déclaration conjointe de l’Alliance Internationale des Habitants et de l’Union Internationale des Locataires.

Nous proposons d’inaugurer les Journées Mondiales Expulsions Zéro pour le droit au logement  aimant de la dignité et de la sécurité  le lundi 2 octobre 2006 dédié par UN-Habitat à la Ville, Magnete d’espoir, et de multiplier pendant tout le mois d’octobre des initiatives coordonnées et non violentes à tous les niveaux. 

Aux associations et aux mouvements sociaux urbains nous proposons de : 

 

  • Dénoncer les menaces d’expulsions et de démolitions
  • Bloquer les expulsions
  • « Réquisitionner » les logements vacants
  • Lutter contre les privatisations et la libéralisation du secteur du logement

 

Aux autorités locales et aux gouvernements solidaires nous proposons de se coordonner avec les mouvements pour : 

  • Déclarer leurs territoires « libres d’expulsions »
  • Déclarer leurs territoires « hors du traité de libre commerce »
  • Approuver des plans d’action coordonnés ” expulsions zéro et pour la dignité du logement “
  • Constituer les Fonds Populaires pour la Terre et le Logement 

Ces propositions doivent être intégrées dans les plates-formes locales, nationales et régionales et relancées par des marches, sit-in, conférences de presses, délégations, forums, retransmissions et tout ce qui sera nécessaire pour redonner voix au droit au logement bafoué. 

Nous souhaitons de cette manière renforcer avec les organisations participantes le Système d’Alerte Solidaire contre les violations du droit au logement aux niveaux régional et global. 

Par la suite, lors du Forum Social Mondial de Nairobi (20 au 25 janvier 2007), nous déciderons ensemble des prochaines étapes vers l’organisation d’une Assemblée mondiale des Habitants.

Participez! 

Informez d’autres associations, mouvements et réseaux! 

Proposez aux organismes locaux et aux gouvernements solidaires de soutenir ces actions! 

>>> Signalez dés que possible les initiatives programmées en envoyant la fiche que vous trouverez en pièce jointe à l’Alliance Internationale des Habitants <info@habitants.org>

Nous publierons toutes les informations sur le site www.habitants.org, qui reçoit de l’ordre de 100.000 visites mensuelles, et par l’intermédiaire de notre Bulletin, envoyé à 50.000 correspondants dans une centaine de pays.

Ciao en solidarité,

Cesare Ottolini
Coordinateur de l’Alliance Internationale des Habitants
 

***   ***   ***

29/11/2005

Numéro Social d' URGENCE à Charleroi

 

Voici le Numéro À d'urgence sociale est le 071/32.12.12. Pour Charleroi
 
Evelyne Druart, échevine des affaires sociales, accueille le ministre de l'Intégration sociale, Christian Dupont, venu à la rescousse. Lancé en 1986, le Resto du coeur est ouvert neuf mois par an, sauf le week-end et les jours fériés. L'ASBL est subsidiée par la Ville, le CPAS et vit aussi de dons émanant de commerçants, grandes surfaces et particuliers. Boucler le budget est un défi. Le resto fonctionne grâce à une trentaine de travailleurs dont la moitié est bénévole, les autres en réinsertion, hormis deux agents de la Ville.
 

 

36 lits d'urgence sont prêts

Au-delà du repas, le resto offre des vestiaires, des douches, un endroit où parler autour d'un café et les conseils d'une assistante sociale. « L'appel aux donateurs en raison des difficultés budgétaires m'a interpellé », dit le ministre.

À Charleroi, le plan Grand Froid est activé. Le Relais social veille durant la journée, coordonne chauffoirs et centres d'accueils. Quand la nuit tombe, le CPAS prend le relais. Didier Neyrinckx : « Tout est au point pour que personne ne dorme dans la rue. » Le service de l'aide sociale dispose de 36 lits d'urgence, répartis entre divers centres : Ulysse (12 lits), le Triangle (8 lits), l'Hôtel social (8 lits), le site Van Gogh (4 lits), plus 2 lits d'extrême urgence. Et des hôtels ont des chambres libres, si nécessaire.

À Charleroi, le numéro de l'urgence sociale est le 071/32.12.12.


15:28 Écrit par | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

28/11/2005

--> Recherche Mécène de toute urgence

 
Recherche Mécène de toute urgence pour mener à bien le projet

19:01 Écrit par | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Plan hivernal à Bruxelles

La Ville de Bruxelles active aujourd'hui son plan hivernal en faveur des sans-abris. Les capacités d'accueil ont été augmentée, et des rondes seront organisées dans les rues de Bruxelles.

Le plan vise à éviter le plus possible les risques d'hypothermie des personnes sans-abri, mais aussi ceux qui n'ont pas de chauffage chez eux. Le centre d'action sociale d'urgence (CASU) organisera des rondes dans les rues de Bruxelles, 55 lits supplémentaires y seront installés, et l'effectif sera augmenté jusqu'au 1er avril 2006. Un accompagnement médical y est proposé. Un numéro vert (0800/99.340) a également été ouvert.

L'agglomération bruxelloise disposerait d'un millier de lits, mais le double serait nécessaire pour accueillir tous les sans-abri.


18:59 Écrit par | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

INFOS

 

SANS-ABRIS - Morts de froid
Neuf sans-abri ont été tués en France, en Allemagne et en Belgique par la vague de froid qui a frappé ces derniers jours l'Europe occidentale
-->> la suite
in l'Express, 28 novembre 2005

POLITIQUE - Le CDH contre l'intolérable misère
La pauvreté est intolérable, pour Mme Milquet qui lance un appel à un «plan national».
-->> la suite
in la Libre, 28 novembre 2005

SANS-ABRIS - Les centres d'accueil débordés
Les centres d'accueil de Bruxelles sont confrontés à un manque de places pour héberger les sans-abris, alors que le froid a fait deux victimes, ce week-end, à Bruxelles.
Cette nuit, nous avons dû refuser 27 personnes, a indiqué Timothy Boterdael, du Centre d'action sociale d'urgence (Casu), alors que deux sans-abris sont morts de froid le week-end dernier dans la capitale. L'asbl Casu met gratuitement 150 lits à la disposition des sans-abris, mais dimanche soir, ce nombre n'a pas suffi. Nous essayons de mobiliser le plus d'équipes mobiles possibles, disposant de couvertures, de vêtements et de boissons chaudes à distribuer aux personnes que nous n'avons pas pu accueillir, a indiqué Timothy Boterdael.
-->> la suite

in le Soir, 28 novembre 2005

SANS-ABRIS - L'hiver meurtrier à Bruxelles
Deux sans domicile fixe retrouvés morts dans la capitale. Les premiers froids sont sans pitié avec les plus faibles. Le plan "hiver" est mis en oeuvre avec l'ouverture de 60 lits supplémentaires.
-->> la suite
 in le Soir, 27 novembre 2005

SANS-ABRIS - Cinq morts en France
Cinq sans-abri sont morts au cours de la vague de froid de ces derniers jours en France, ont annoncé les autorités, alors que la neige qui avait balayé tout le pays depuis mercredi s'est cantonnée dans la journée aux régions de l'est.
in le Soir, 27 novembre 2005

SANS-ABRIS - Deux SDF sont morts de froid ce week-end à Bruxelles
Deux sans abris sont morts de froid ce week-end à Bruxelles en raisons des conditions hivernales particulièrement rigoureuses.
-->> la suite

in le Vif, 27 novembre 2005

SANS-ABRIS - La vague de froid tue deux sans-abri en Belgique
Deux sans-abri sont morts de froid dans le centre de Bruxelles, ont rapporté dimanche les médias belges.
Un homme, découvert en hypothermie à un arrêt d'autobus, est décédé dimanche à l'hôpital, a annoncé VTM sur son site Internet.
-->> la suite

in Nouvel Observateur, 27 novembre 2005

CONSOMMATION - Des pubs pour le crédit en infraction
Les publicités pour le crédit ne respectent pas toujours le prescrit légal, indique une enquête du CRIOC. 221 publicités, parues dans les journaux toutes boîtes, ont été analysées sur base de la nouvelle législation en vigueur depuis le 1er janvier 2004. Dans 3/4 des annonces, se retrouvaient au moins une infraction, parfois plusieurs.
-->> la suite
in Guide Social, 25 novembre 2005

LOGEMENT - Chasse publique aux logements à louer
Depuis mercredi, des agents communaux répertorient les affiches de mise en location. But: faute de juguler le prix, donner un avantage au public fragilisé, en l'informant des plus intéressantes rapidement. Mais le bourgmestre Freddy Thielemans voit plus loin...
-->> la suite
in la Libre, 24 novembre 2005

SANS-ABRIS - La Wallonie est prête pour l'hiver
C'était il y a quelques semaines, à Charleroi. La ministre Christiane Vienne, en charge des affaires sociales de la Région wallonne, participait à la réunion mensuelle « Parlons-en » du Relais social. Parmi les questions posées à la ministre revenait l'approche des rigueurs de l'hiver, l'inquiétude de trouver un lit où passer la nuit au chaud, exprimée par les SDF ou leurs représentants ainsi que par les travailleurs sociaux.
-->> la suite

in Le Soir, 24 novembre 2005

SANS-ABRIS - Un nouveau centre d'accueil de jour s'ouvre à Obourg, lundi
Face aux urgences sociales, la Ville et le CPAS de Mons ont mis au point, avec les Restos du coeur, un nouveau dispositif, dans une volonté de complémentarité. Ce projet-pilote inclut un nouveau centre d'accueil de jour pour les personnes en grande précarité. Il sera opérationnel lundi dans l'ancienne maison communale d'Obourg.
-->> la suite
in Le Soir, 24 novembre 2005

SANS-ABRIS - Un dortoir militaire à Tournai, pour les sans-abri du Hainaut
En plus des 150 dossiers rentrés à Tournai pour accéder au fonds mazout, le CPAS a déjà traité cette année 997 demandes de « chèque-chauffage », une aide attribuée sur fonds propres aux bénéficiaires du RIS et aux bas revenus. Au total, près de 125.000 euros dans le budget annuel du centre. « C'est trop et pas assez », reconnaît Rita Desenclos-Leclercq, présidente du CPAS. « De plus en plus, on nous demande des avances pour remplir les cuves. Alors on joue le rôle de banque, on établit un plan d'apurement là où c'est possible. »
-->> la suite
in Le Soir, 24 novembre 2005

SANS-ABRIS - Le froid aux portes des villes
Le portrait de Coluche veille sur la grande salle de la rue du Fort, à Charleroi, où chaque midi, quatre cents personnes mangent au Resto du coeur. Jean-Pierre, de Gilly, contemple son macaroni jambon-fromage : « Pour certains, ici, la fin de mois, c'est tous les jours. Grâce à ce repas, on a assez avec des tartines pour le soir. »
-->> la suite

in Le Soir, 24 novembre 2005

SANS-ABRIS - Liège Plusieurs associations s'offusquent des critères d'ouverture d'abris d'urgence
Le plan gel ignore la réalité du SDF

Le sans-abri n'a pas un thermomètre dans le dos pour savoir quand il peut gagner un abri d'urgence. Et encore moins des couvertures qui le protègent de la pluie lorsqu'il trouve porte close et est obligé de rester dehors. » Le Front commun des SDF n'approuve pas les critères du nouveau plan gel mis en place par le Relais social de Liège avec le soutien de l'armée belge. Ce plan prévoit d'ouvrir vingt lits supplémentaires les jours de gel. « Pour un sans-abri, déclare Jean Peeters, dormir à cinq degrés sous la pluie est parfois pire que sec sous zéro. Pourquoi ne pas ouvrir en permanence de décembre à mars ? » « Le plan gel n'est pas humain », déclare Clémence Lambinon, responsable des Restos du coeur. « Quand on est mouillé, on est mal dans sa peau. Sans compter le risque d'attraper la tuberculose. » Tous deux revendiquent « un toit, un lit pour l'hiver ». Bref, que les lits soient disponibles en continu.
-->> la suite
in Le Soir, 23 novembre 2005

CONSOMMATION - De l'eau, en hiver et en vacances
L'Intercommunale Bruxelloise de Distribution d´Eau a annoncé qu'elle ne pratiquerait plus de coupure d'eau pendant l'hiver et les vacances d'été.
-->> la suite
in Guide social, 23 novembre 2005

SANS-ABRIS - Sans-abri Plusieurs centres d'accueil offrent un lit aux plus démunis
Pierre d'Angle, donneur de sommeil

En ce matin de novembre, à tout juste 7 h, il fait un froid de canard à Bruxelles. Dans un bâtiment arrière, non loin de la gare du Midi, une quarantaine de sans-abri émergent de leur sommeil. Ils ont passé la nuit dans le dortoir de l'asile nocturne Pierre d'Angle et doivent vider les lieux pour 8 h pile. « Nous assurons ici le service de base : un lit chaud et en sécurité, pour la nuit », explique Gilberte Eeckhout, la directrice. « A leur demande, nous les orientons aussi vers diverses structures, comme une aide médicale. »
-->> la suite
in Le Soir, 23 novembre 2005

SANS-ABRIS - Les pouvoirs publics lancent leur plan Froid
in Le Soir, mercredi 23 novembre 2005
Mourir de froid n'est pas qu'une simple expression. C'est d'ailleurs à un véritable « objectif de survie » que répond le plan Froid de la Ville de Bruxelles, présenté hier lundi de conserve par le bourgmestre Freddy Thielemans et le président du Casu (Centre d'action sociale d'urgence), Yvan Mayeur. « La réalité des températures basses est un risque vital pour les personnes vivant en rue », ont-ils expliqué. « Les dispositions que nous mettons en place visent directement à diminuer au maximum les risques d'hypothermie. »
-->> la suite
in Le Soir, 23 novembre 2005

SANS-ABRIS - La Région, elle aussi, aura son Plan hivernal
Si Bruxelles-Ville s'apprête à lancer son plan Froid, le 28 novembre, la Région lui emboîtera le pas, le 12 décembre. Dans ce cadre, un centre supplémentaire de 45 lits sera, comme l'an passé, ouvert à Schaerbeek, dans un local mis à disposition par la commune. « Ce dispositif vient bien évidemment en supplément des centres habituels, qui proposent 1.000 lits sur la Région », insiste la ministre Evelyne Huytebroeck (Ecolo).
-->> la suite
in Le Soir, 23 novembre 2005

TRAVAIL - Adaptations au pacte des générations
Le Gouvernement a approuvé ce 18 novembre des adaptations au Pacte des générations présentées aux partenaires sociaux. Les mesures pour lutter contre le chômage des jeunes (plan premiers emplois, réduction de charges, activation de l'allocation d'attente...) seront renforcées. Les adaptations visent également à favoriser l'innovation et la recherche. Les formalités administratives pour les travailleurs experts étrangers seront simplifiées.
-->> la suite
in Guide social, 22 novembre 2005

TRAVAIL - Il n'y a pas de «chasse aux chômeurs»
Un rapport de l'Onem fait le bilan du plan d'activation des chômeurs. Il n'indique pas de hausse des sanctions et loue l'application des Wallons.
-->> la suite
in la Libre, 22 novembre 2005

CONSOMMATION - L'eau ne sera plus coupée
L'Intercommunale Bruxelloise de Distribution d'Eau a fait part de sa décision de ne plus procéder à des coupures d'eau chez les particuliers pendant la période hivernale et les périodes de vacances scolaires estivales.
-->> la suite

in Le Soir, 22 novembre 2005

Explosion des demandes d'expertise
Chaque année, à Bruxelles, il y aurait 1500 demandes en urgence pour l'hospitalisation «forcée» d'un patient prétendument fou. Plus de 50pc sont rejetées.
-->> la suite
in la Libre.be, 21 novembre 2005

SANS-PAPIER - Ixelles. Un mois que les sans-papiers occupent l'église Sain-Boniface
-->> la suite
in Regions.be, 21 novembre 2005

TRAVAIL - Fin du pointage le 15 décembre
A partir du 15 décembre, les chômeurs complets ne devront plus se présenter au contrôle communal.
Les derniers contrôles auront lieu la dernière fois le lundi 5 décembre (carte bleue) et le mercredi 7 décembre (carte verte).
Les autres obligations ne changent pas. Le chômeur doit garder sa carte de contrôle et la compléter, en y indiquant les jours de travail, de vacances, d'indisponibilité..., et la remettre à la fin du mois à l'organisme de paiement (syndicat ou CAPAC). Il doit être disponible sur le marché de l'emploi, et, sauf dispense, résider en Belgique. L'ONEM contrôlera ponctuellement si le chômeur réside bien en Belgique.
-->> la suite
in Guide social, 21 novembre 2005

Un autre regard sur la violence
Le 18 a eu lieu une journée d'étude sur les violences familiales et institutionnelles.
-->> la suite
in la Libre.be, 21 novembre 2005

EDUCATION  - Alphabétisation: Des dispositifs territoriaux pour lutter collectivement contre l'illettrisme
-->> la suite
in AlterEduc, 19 novembre 2005

SURENDETTEMENT - Près de 3.000 demandes
Surendettement fiscal: Jamar dresse un bilan après dix mois
-->> la suite
in la DH, 18 novembre 2005

EDUCATION - Alphabétisation: Des dispositifs territoriaux pour lutter collectivement contre l'illettrisme
Le chiffre est connu. Pourtant, il est tout sauf banal. Dix pour cent des Belges ne savent ni lire ni écrire. Le projet de dispositifs territoriaux pour le droit à l'alphabétisation, à l'initiative de Lire & Écrire, entend réunir autour de la table le plus grand nombre d'acteurs locaux confrontés à l'illettrisme afin d'agir ensemble.
-->> la suite
in AlterEduc, 18 novembre 2005


CULTURE - Non à la fracture numérique
En collaboration avec le ministre Dupont, la Fondation Baudouin a lancé un appel à projets visant à aider les générations les plus âgées à suivre l’évolution technologique. Les personnes âgées, les associations qui les représentent et les entreprises peuvent introduire un dossier de candidature avant le 28/02/2006. De plus, la Fondation remettra à une entreprise un prix destiné à récompenser un produit ou un service facilitant l'accès des seniors aux moyens de communication digitale. Ce prix est organisé avec le soutien médiatique de Trends-Tendances et Plus-Magazine
-->> la suite
in Fondation Baudouin, 18 novembre 2005

Crise des banlieues : de la reconnaissance au partage d'expériences
Les émeutes dans les banlieues françaises ne se sont donc pas étendues aux « quartiers » des différentes villes en Belgique, malgré quelques incidents limités. On ne reviendra pas sur les différences entre notre situation et la leur qui font que des émeutes n'ont pas eu lieu chez nous. Du moins cette fois-ci.
-->> la suite
in AlterEduc, 18 novembre 2005

TRAVAIL - Les partenariats utiles à la réinsertion
Réunion de 80 associations et entreprises d'insertion socioprofessionnelle. Objectif? Développer des partenariats avec acteurs publics et entreprises privées.
-->> la suite
in la Libre, 17 novembre 2005

SURENDETTEMENT - Hervé Jamar dresse un bilan après 10 mois
Dix mois après l'entrée en vigueur de la nouvelle loi sur le surendettement fiscal, l'administration fiscale a reçu 2.940 requêtes. Elle a rendu 371 décisions positives, 412 décisions négatives et il y a eu 89 désistements. "Près de 3.000 demandes, c'est à la fois beaucoup et peu", a indiqué jeudi le Secrétaire d'Etat à la modernisation des Finances et à la lutte contre la fraude fiscale, Hervé Jamar. Il est d'avis que beaucoup de personnes qui pourraient bénéficier des nouvelles dispositions ne les connaissent pas.
-->> la suite
in L'Echo, 17 novembre 2005

66% de prostituées en moins à Bruxelles
Depuis plusieurs années, la Ville de Bruxelles lutte contre la traite des êtres humains. Ce mercredi, Freddy Thielemans, bourgmestre de la ville a présenté « un bilan positif » des actions menées jusqu’ici pour tenter d’enrayer ce phénomène. De nouvelles mesures ont également été dévoilées.
-->> la suite
in la Libre, 17 novembre 2005

Plan Marshall pour les ghettos
Discours dur de l'ASBL « Déclik » à l'égard des politiques d'intégration. La violence est l'expression du malaise. Des jeunes qui se sentiraient rejetés.
-->> la suite
in Regions.be, 15 novembre 2005

LOGEMENT - Racisme et logement
La Cour d'appel de Liège a confirmé la condamnation d’une propriétaire pour infraction à la loi du 30 juillet 1981 contre le racisme, dans le cadre d’une discrimination dans le logement.
-->> la suite
in Alter Echos newsletter n°197, 14 novembre 2005

L'eau plus chère dès janvier 2006
La régie rapportait 30.000 euros par an. Mais la vente est inévitable. En attendant, coût vérité oblige, les factures seront plus salées l'an prochain.
-->> la suite
in Regions.be, 15 novembre 2005

PTP
Les Programmes de Transition Professionnel ont été revu par les ministres wallon Marcourt et Arena.
-->> la suite
in Alter Echos newsletter n°197, 14 novembre 2005

Immigration économique
D'après le Parlement européen, les immigrants contribuent à la prospérité des États membres et ont un effet bénéfique sur le marché du travail de l’Union. Lors de sa session plénière du 26 octobre 2005, le Parlement a adopté un rapport rédigé par la députée allemande Ewa Klamt (PPE), dont le but était de définir une stratégie européenne en matière de migration économique. Les pierres d'achoppement ont principalement porté sur le type de droits à accorder aux immigrants légaux.
-->> la suite
in Alter Echos newsletter n°197, 14 novembre 2005

Crise des banlieues : s'inspirer du modèle Nord irlandais ?
Les émeutes françaises ont fait l'actualité durant plusieurs jours. On ne reviendra pas sur les différences qui font que ces événements ne se déroulent pas chez nous (du moins pour l'instant). Les analystes ont beaucoup comparé ces événements à mai 68 ou encore à l'Intifada palestinienne. Ces comparaisons sont en fait de faible portée, tant par les motivations des acteurs que par le contexte économique, social et politique qui ont fait émerger cette crise des banlieues françaises.
-->> la suite
in Alter Echos newsletter n°197, 14 novembre 2005

CONSOMMATION - Tarif social
Les clients Proximus qui perçoivent un revenu d'intégration sociale peuvent désormais bénéficier, sur demande, d'un tarif social. Ces clients recevront tous les mois 3,10 euros de crédit d'appel gratuit sur leur carte Pay&Go.
-->> la suite
in Alter Echos newsletter n°197, 14 novembre 2005

Démarrage de l'opération "X-stra"
C'est le nom de cette opération de contrôle organisée par la ville d'Anvers chez les personnes socialement précarisées.
-->> la suite
in Alter Echos newsletter n°197, 14 novembre 2005

Renouer le dialogue
Les récentes violences urbaines ne sont pas propres à la France. De Birmingham à Bruxelles ou Los Angeles, des points communs peuvent être repérés. Et des leçons tirées. Les habitants des quartiers les plus défavorisés dans lesquels les violences se déroulent ou prennent naissance sont soumis à une pauvreté supérieure à la moyenne du pays et ne se voient pas d'avenir. En France, on dirait que «l'ascenseur social est en panne». Cette réalité est tangible, prouvée, maintes fois constatée. Pourtant, dans les pays industrialisés et riches, le retour de la croissance économique ne suffit pas à y remédier.
-->> la suite
in la Libre, 14 novembre 2005

ECONOMIE SOCIALE - Projet Pericles
Le 10 novembre, le gouvernement wallon a décidé de lancer le projet "Pericles" pour Partenariat Economique pour le Redéploiement Industriel et les CLusters par l’économie sociale.
-->> la suite
in Alter Echos newsletter n°197, 14 novembre 2005

SANS-ABRIS
- 31éme jour d’occupation de l’Eglise St Boniface Bruxelles par les Sans Papiers
-->> la suite
in Indy Media, 13 novembre 2005

TRAVAIL  - Quand le réemploi crée de l'emploi
Le Groupe Terre traite plus de 59800 tonnes de vieux papiers et vêtements par an.
Avec des vieux papiers, des chaussures, des textiles (vêtements, draps, rideaux...) qui ne servent plus, on peut faire des miracles en faveur de ceux qui vivent dans la précarité. C'est la vocation du Groupe Terre - Groupe d'économie sociale et solidaire qui donne du travail à 280 personnes - qui traite chaque année en région liégeoise des biens usagés mais néanmoins utilisables.
-->> la suite
in la Libre, 10 novembre 2005

TRAVAIL - Le pacte, "une première réponse"
Selon un rapport du Conseil Central de l'Economie, les coûts salariaux en Belgique sont supérieur de 2,1% aux pays voisins (Allemagne, Pays-Bas, France).
-->> la suite
in Guide Social, 10 novembre 2005

TRAVAIL - Changer de couleur pour l'emploi ?
Un institut pour l'intégration propose une formation pour aider "ceux qui souhaitent vraiment s'intégrer". Une campagne de pub sous forme de provocation.
-->> la suite
in Guide Social, 10 novembre 2005

Savoir plus :
www.institut-integration.be

EDUCATION - Les «Dépanneurs» de la vie sociale
Les «Dépanneurs St-Martin» éduquent les plus démunis par le travail. Il servent de relais vis-à-vis du CPAS et font office de médiateurs. Une éducation par le travail, c'est ce qu'offrent «Les Dépanneurs St- Martin» aux personnes démunies de la Basse-Sambre qui le veulent. Et c'est depuis 1981 que ces «dépanneurs» de la vie sociale se solidarisent avec les plus pauvres. Retrouver le goût de la vie sociale, apprendre ou réapprendre à être à l'heure, à gérer son logement, à trier ses déchets sont tous des gestes de la vie quotidienne qui se perdent lorsqu'on se retrouve du mauvais côté de la fracture sociale, du côté des exclus.
-->> la suite
in la Libre, 9 novembre 2005

TRAVAIL - Croissance trop faible pour l'emploi
L'Union wallonne des entreprises (UWE) sort son point conjoncturel semestriel. Il est morose, en dépit des plans dits bons du politique, régional comme fédéral.
-->> la suite
in la Libre, 8novembre 2005

SANS-ABRIS - Défense d'avoir froid
Cette année encore, l'armée poursuivra son action de solidarité en offrant aux plus démunis un parka et une couverture pour que l'hiver leur semble moins rude.
-->> la suite
in Guide Social, 9 novembre 2005

A Bruxelles, le dialogue existe
Des liens sociaux ont été crée et la sécurité assurée dans les quartiers défavorisés proches du centre-ville
BRUXELLES Dans les quartiers de Bruxelles à forte population immigrée, la flambée de violence dans les banlieues françaises suscite plus l’étonnement que la crainte d’une contagion, malgré quelques échauffourées et l’incendie d’une demi-douzaine de véhicules depuis dimanche. «Il y a 15 ans, j’aurais parié sur une contagion. Plus maintenant. La politique de dialogue instaurée après les émeutes qu’on a connues ici au début des années 90 a porté ses fruits », explique Youssef Lakhlouf, un travailleur social de Molenbeek, l’une des 19 communes de l’agglomération bruxelloise.
-->> la suite
in la DH Net, 8 novembre 2005

CULTURE - Non à la fracture numérique
La Fondation Roi Baudouin a organisé un colloque sur le thème des personnes âgées dans la société digitale. En collaboration avec le ministre Dupont, la Fondation lance un appel à des projets facilitant l’accès des personnes âgées aux nouvelles technologies. Le Prix ‘Digi-seniors’ récompensera quant à lui un produit ou un service facilitant l’accès des seniors aux moyens de communication digitale.
-->> la suite
in la Fondation Baudouin, 8 novembre 2005

LOGEMENT
Logements sociaux à... vendre

Le ministre André Antoine soutient la vente de logements sociaux. Pour améliorer la qualité
du parc locatif et... équilibrer les budgets.
Tournai, Charleroi, Mons et La Louvière participeront à cette vaste opération.
-->> la suite
in la Libre, 8 novembre 2005

On informe et on bétonne
Le gouvernement traduit le «Pacte des générations» en loi-cadre et arrêtés royaux. Il donne aussi rendez-vous aux partenaires sociaux le 16 novembre prochain. Mais les discussions ne pourront porter que sur les arrêtés d'application.
-->> la suite
in la Libre, 7 novembre 2005

TRAVAIL- Les chômeurs plus nombreux
En octobre 2005, le nombre de chômeurs complets indemnisés (CCI) a diminué de 2.858 unités sur un an. Par contre, le nombre de demandeurs d'emploi inoccupés (DEI) a augmenté de 793 unités sur la même période.
-->> la suite
in Guide Social, 7 novembre 2005

CONSOMMATION - Proximus : tarif social pour les bénéficiaires du revenu d'intégration
Les clients Proximus qui perçoivent un revenu d'intégration du CPAS peuvent désormais - à condition d'en faire la demande - bénéficier d'un tarif social, a fait savoir l'opérateur de téléphonie mobile dans un communiqué diffusé ce jeudi.
-->> la suite
in l'Echo, 7 novembre 2005

Le mépris des valeurs sociales
Des "jeunes" dans les rues, un gouvernement désemparé, le cow-boy de service fait ses déclarations sur la régulation de l’immigration, sélective... Ordre public, force publique et liberté individuelle, les cadres classiques d’une société organisée sont brisés au profit d’une construction nouvelle, plus directive mais totalement inefficace sur le long terme.
-->> la suite
in Bella Ciao, 6 novembre 2005

TRAVAIL
Le retour de l'utopie

Après les échecs des gouvernements face au défi du chômage, en Allemagne comme en France, une part croissante de l'électorat ne semble plus croire aux solutions réformistes.
-->> la suite
in la Libre, 4 novembre 2005

LOGEMENT - L'opération «X-Stra!» a commencé
Après plusieurs mois d'attente, les contrôles «de porte à porte» ont débuté hier, à Anvers-Nord.
Quatre fonctionnaires communaux enquêtent sur les conditions de vie. Plusieurs habitants leur ont refusé l'entrée.
-->> la suite
in la Libre, 4 novembre 2005

TRAVAIL  - BELGIQUE: moins de jeunes Bruxellois au chômage
-->> la suite
in l'Echo, 3 novembre 2005

TRAVAIL  - Le chômage en baisse dans la zone euro à 8,4%
-->> la suite
in Europa, 3 novembre 2005

TRAVAIL - BELGIQUE: Le chômage fédéral se stabilise au mois d'octobre
-->> la suite
in l'Echo, 3 novembre 2005

SERVICES PUBLICS - Un guide pour les usagers de CPAS
A l'occasion des journées portes ouvertes des CPAS ce 22 octobre, le ministre de l'Intégration sociale Christian Dupont a lancé un guide à l'attention des usagers.
-->> la suite
in Guide Social, 3 novembre 2005

Ticket modérateur dans les soins à domicile
Afin de réaliser des économies dans le secteur des soins à domicile, le ministre a pris plusieurs mesures, dont la perception obligatoire du ticket modérateur auprès du patient pour certaines prestations.
-->> la suite
in Guide Social, 2 novembre 2005

LOGEMENT - Paula, 59 ans, refuse de se résigner
Paula vivait dans une maison insalubre. Elle paie 350 euros pour une chambre pourrie. Il lui reste 7,25 euros par jour pour vivre. Elle est bénévole.
-->> la suite
in Regions.be, 2 novembre 2005

LOGEMENT  - Les alternatives CDH pour le logement
Denis Grimberghs, chef de groupe CDH au parlement bruxellois, sort du bois. La construction de nouveaux logements prendra du temps. Il y a des alternatives.
-->> la suite
in Regions.be, 2 novembre 2005

RETRAITE
La réforme des retraites met les Belges dans la rue

Le projet qui veut rallonger la durée du temps de travail a paralysé le pays pour la deuxième fois en un mois.
-->> la suite
in Libération, 28 octobre 2005

www.entraide.be


18:47 Écrit par | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Deux SDF morts de froid

 

Le premier devant une église chauffée mais fermée. Le second devant un hôpital...

BRUXELLES Le premier a été trouvé samedi matin sur les marches de l'église Sainte-Catherine. La veille au soir, dans la tempête et les bourrasques de neige, des policiers avaient parlé à lui et à ses camarades qui avaient refusé l'aide et avaient surtout dit aux policiers de leur f... la paix.

Le second, dimanche, a été trouvé dans l'Abribus de la rue Jean Paquot situé en face de l'hôpital d'Ixelles. Et tout sur un week-end où Les Enfoirés et les Restos du Coeur fêtaient leurs quinze ans.

Le corps gelé du premier sans-abri victime de l'usure et de l'hiver a été trouvé sous le porche de l'église Sainte-Catherine, à quelques marches de celles où un autre SDF, Marcel, avait connu la même mort il y a deux ans, le 9 novembre 2003. L'homme trouvé samedi s'appelait Jean-Marie Boileau. Il avait 43 ans et si aucune famille ne se manifeste, sa dépouille finira à la fosse commune. Depuis qu'il avait été attaqué sur la place, Jean-Marie Boileau ne se séparait plus de son copain Alexandre, un autre SDF qui possède 3 chiens. Comme les refuges refusent les chiens, Alexandre et Jean-Marie avaient renoncé à l'assistance que le Casu et le CPAS leur avaient encore proposée la semaine passée.

Jean-Marie a été identifié par un document de mutuelle - ce qui tend à montrer qu'il était ou avait été affilié - trouvé dans une poche de manteau. Le SDF de la place Ste-Catherine est mort dans le dénuement le plus complet, sous un tas de loques et de couvertures usées, près d'une bouteille (vide) d'un apéritif à deux sous.

Les autres SDF croient savoir qu'il serait né à Bruxelles et aurait vécu à Charleroi, qu'il était ou avait été ingénieur et qu'il avait un frère.Le second SDF a été trouvé hier à 6 h 30 du matin sous l'Abribus de l'arrêt du 59, square Albert Verharen, entre la rue Wytsman et la rue Paquot, devant l'hôpital. Il avait dû s'emmitoufler dans ses couvertures et s'allonger sur la banquette, et puis rouler de celle-ci. Des passants l'ont trouvé inconscient, sur les pavés, près d'une bouteille, vide, de deux litres d'un mauvais vin. À l'arrivée du Samu, la température du corps était déjà tombée sous 30 degrés. Les ambulanciers qui l'ont transporté aux urgences de l'hôpital Saint-Pierre ont essayé en vain pendant trente minutes de le ramener à la vie. Ses empreintes digitales ont été prises ainsi que des photos, pour aider à identifier ce SDF qui ne devait pas avoir beaucoup plus de 40 ans.
© La Dernière Heure 2005.


 

La prochaine fois que vous passez dans une gare, un métro, que vous rencontrez sur le passage un SDF, retournez-vous, propsez-lui un café et une brioche & si vous avez des sacs de couchages, offrez-les . L'hiver est trop dûr, cela ne vous coûte rien si ce n'est un détour mais qui réchauffe tellement le coeur de ces malheureux. Dîtes-vous que personne n'est à l'abri.


16:58 Écrit par | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/11/2005

--> Projet de réinsertion et un droit au logement

 

L’élaboration et la mise en œuvre d'un projet pilote: travaux dans la réaffectation de maisons inoccupées ou abandonnées depuis un certain temps en accord avec le propriétaire ou à l’aide à la récupération ou au rachat à faible coût de biens insalubres à des fins sociales.

Parrainé par des artistes avec la collaboration de ceux-ci et de la communauté, des écoles, des bénévoles, des organismes publics etc...

 

Nous devons mettre au point des mesures communautaires destinées à aider les sans-abris et leurs familles à parvenir, dans la mesure du possible, à une autonomie et à rompre le cycle de l'itinérance.  

 
La mise à disposition de ces biens à des personnes physiques ou morales ne disposant pas des ressources suffisantes pour acquérir leurs droits dans ce cas-ci: les Sans Domicile Fixe.
 
Il est inadmissible qu'en 2005, des hommes et des femmes se retrouvent à la rue, sans abris aux regards de tous, c'est inacceptable et nous sommes tous moralement responsables si une solidarité ne se met pas en place.
 
Trouvez-vous normale que des maisons restent encore inoccupées et ce pendant 5,10 voir 15 ans, malgré les taxes communales qui poussent les propriétaires à entretenir leurs biens et à mettre tout en oeuvre pour que ces maisons soient relouées très rapidement.
 
Nous revendiquons le droit aux logements comme le signale notre Constitution pour ces démunis qui vivent dans des conditions inacceptables, car ces maisons insalubres qui jonchent nos trottoirs, sont une gifle pour tout ces malheureux.
 
Il faut impérativement que les choses bougent et nous demandons à la collectivité de se mobiliser, de se sentir concerné par ce fléau qui malheureusement se propage dans le monde entier, l'inflation des prix dans le secteur de l'immobilier n'arrange rien.

Car c'est surtout là que le bât blesse: en cas de coup dur - séparation, divorce, perte de travail, décès du conjoint... - se loger à prix raisonnable devient une équation quasi impossible, aggravée par la pénurie structurelle de logements sociaux.



 
Il est impératif de mettre une structure en place qui accueille de manière provisoire ses sans domiciles fixe et leur permettre grâce à leur domiciliation, de retrouver leur droit avec un encadrement et un soutien social indispensable à une bonne réintégration dans la société.
Il s'agit là de la concrétisation de la mission visant à permettre à chacun de mener une vie conforme à la dignité humaine, mais les modalités pour faire face temporairement aux problèmes aigus en matière de logement ne sont pas fixées légalement, mais liées au contexte local spécifique.
Cette initiative permettra en outre de renforcer les partenariats sur l'intensification de la participation de tous les paliers de gouvernement, ainsi que des secteurs privé et bénévole.



D'après une enquête de "La Libre" :
 
La pauvreté et l'exclusion sociale touchent de plus en plus de femmes.
Elles représentent désormais environ un tiers de la population qui se retrouve à la rue.
Une illustration de la gravité de la crise du logement.

 
Explosion de cas

La pauvreté et l'exclusion sociale touchent des couches de plus en plus larges de la population.

D'après le ministre de l'Intégration sociale observe que l'augmentation et l'élargissement du nombre de sans-abri ne vaut, hélas, pas uniquement pour Bruxelles. Une étude approfondie démontre ainsi qu'en Région wallonne, on a hébergé, dans les maisons d'accueil, 8,4pc de couples sans enfant; 23pc de familles avec enfants; 2,3pc de familles recomposées et... 63pc de familles monoparentales - généralement des femmes qui se retrouvent seules avec de jeunes enfants.

Même tendance en Flandre

Au total, dans la population des sans domicile, on compte un tiers de femmes, dont quatre sur cinq ont des enfants, pour la plupart également hébergés en maisons d'accueil. A Bruxelles, les sans-abri se répartissent globalement en un tiers d'hommes, un tiers de femmes et un tiers d'enfants.

Utilisez ce lien si vous voulez ajouter un signet ou un lien direct vers cet article...--> Comment nous aider?

 
En faisant connaître ce projet en diffusant l'information autour de vous, afin de sensibiliser le plus grand nombre d’entre nous.
En le présentant sur vos supports d’information et de diffusion.
En partenariat tout au long de notre campagne.
En l’intégrant à vos évènementiels.
Ce que nous avons besoins:
 
1. De soutiens
2. De membres qui adhèrent à cette solidarité
3. De Sponsors
4. De Bénévoles
5. De partenaires
 
Pour ce faire, envoyez-nous un courrier.


22:47 Écrit par | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |